La légende de Tante Arie

Tante Arie (ou Tante Airie) fait partie du folklore de Franche-Comté (France) et du canton du Jura (Suisse).

Une légende locale fait d’elle une bonne fée protectrice du Pays de Montbéliard. Vêtue en paysanne, avec son âne Marion chargé de cadeaux pour les enfants, elle se substitue au Père Noël et à Saint-Nicolas. Si elle apporte des cadeaux aux plus sages, elle sait aussi gronder les enfants paresseux ou méchants.

Portrait de Tante Arie (1880)

Bon nombre de contes et de légendes ont été écrits à son sujet. Sous des déguisements divers, elle demande souvent l’hospitalité pour mieux connaître les gens et encourager les foyers vertueux, travailleurs, soigneux et charitables. Elle apparaît notamment au marché de Noël de Montbéliard.

Pour certains, la comtesse Henriette de Montbéliard (1387-1444), dont la générosité était fameuse et qui aimait séjourner dans son château d’Etobon, serait à l’origine de la légende de Tante Arie. Une autre hypothèse soutient que Tante Arie serait une réincarnation de la regrettée bienfaitrice. Enfin, pour d’autres personnes, la comtesse ne fut qu’une incarnation de cette bonne fée qui arpentait et qui arpente encore le Pays de Montbéliard.

Vitrail dans le chœur de la collégiale Sankt Georg (vers 1477), à Tübingen en Allemagne

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

7 × 1 =